> Objectifs

Une opération d'aménagement touristique durable

 



Le rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel est une opération à vocation durable. Initiée en 1995 pour les études et débutée en 2005 pour les travaux, elle s’achèvera en 2015. Elle participe d’une grande ambition : restaurer profondément le paysage qui sert d’écrin à l’un des hauts lieux de l’humanité et renouveler l’approche du site, dans l’esprit des traversées.

Le Mont-Saint-Michel est érigé dans une baie aux paysages et aux écosystèmes remarquables. Ce site, d’une rare beauté, est consacré par une double inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco (1979). Cette dimension exceptionnelle fonde sa renommée internationale. La prouesse architecturale et l’exceptionnelle harmonie avec la baie, voulue par ses fondateurs, sont intemporelles.


Rétablir le caractère maritime du Mont-Saint-Michel IMAGENCE 3D / MG DESIGN



Ce chef-d’œuvre est aujourd’hui menacé. Au fil des siècles et des interventions humaines, la sédimentation s’est accentuée autour du Mont : poldérisation, réalisation de la digue-route, construction du barrage équipé de portes-à-flot… Petit à petit, la mer recule, terre et prés salés progressent. Un parking de quinze hectares au pied des remparts dénature le paysage maritime depuis plus de 50 ans.

Les hommes d’hier ont sans doute contribué à accélérer le phénomène d’ensablement naturel. Mais ceux d’aujourd’hui ont décidé d’utiliser la puissance naturelle de la marée pour y remédier. Pour que ce trésor de l’humanité reste un monument désiré et préservé pour les générations à venir, l’Europe, l’Etat et les collectivités normandes et bretonnes ont décidé d’agir ensemble.

Redonner au Mont sa part de marées :

Les experts internationaux sont formels. À l’horizon 2040, si rien n’est entrepris, le Mont-Saint-Michel s’ensablera irrémédiablement et sera entouré de prés salés. Cette transformation bouleversera de façon irréversible l’esprit du lieu voulu par les bâtisseurs de l’abbaye.

 

CLIQUEZ SUR L'IMAGE CI-DESSOUS POUR VISIONNER
L'ANIMATION VIRTUELLE DE 3 MINUTES
LE MONT EN 2025

vignette_RCM.jpg

Pour éviter cela, un nouveau barrage utilise depuis 2009 la force des eaux mêlées de la marée et du fleuve. Les résultats sont déjà perceptibles autour du Mont et confirmés par des mesures scientifiques régulières. Le curage du lit du Couesnon et la remise en eau de l’anse de Moidrey viendront augmenter la capacité hydraulique du fleuve et la puissance des chasses régulées.

Cette reconquête des grèves imposera également en 2014/2015 de restituer à la nature les 15 hectares du parking maritime actuel mais aussi la digue-route qui relie l’îlot rocheux au continent et bloque les courants de marée depuis plus de 130 ans.

Grâce aux eaux de la marée et du Couesnon, les sédiments seront chassés au large. Le Mont retrouvera sa dimension maritime pour longtemps.

Une réalisation à mi-parcours : 

  • 2009 > La construction du barrage sur le Couesnon, officiellement lancée par le Premier ministre en juin 2006, est achevée. Cet ouvrage, pierre angulaire du volet hydraulique du projet, a commencé son travail de désensablement des abords du rocher depuis mai 2009. La délégation de service public pour le stationnement et le transport des visiteurs a également été attribuée au début de l’automne 2009.

  • 2010-2011 > Ces années marquent le démarrage des ouvrages d'accueil (parc de stationnement paysager, bâtiments d’accueil et de services) et d’accès au Mont (pont-passerelle et digue-route à partir de 2011) permettant de renouveler totalement l’approche du rocher. C’est aussi le début des aménagements hydrauliques à l’amont et à l’aval du barrage (2011-2015) qui redonneront au Couesnon sa capacité hydraulique pour déplacer les sédiments loin du rocher.

  • 2012 > Le nouveau parc de stationnement sur le continent et les navettes de transport public sont mis en service pour amener les visiteurs au Mont.

  • 2014 > Le pont-passerelle est ouvert aux visiteurs, piétons et navettes mais aussi à la logistique (hors période de fréquentation importante) et aux services de sécurité permanente du Mont.

  • 2015 >  Plus symboliquement encore, l’opération s’achève par la destruction de la digue-route plus que centenaire (1879) qui mène les visiteurs du continent au Mont. Les ouvrages concourant à rétablir le caractère maritime du Mont-Saint-Michel sont alors totalement réalisés. Il faudra encore quelques années pour que se forme un large espace de grèves autour du rocher et que le Mont retrouve la plénitude de son paysage maritime pour longtemps.

Pendant les travaux, le Mont-Saint-Michel reste accessible à ses visiteurs. 
Une information sur les « grands travaux » et un guidage des piétons sont en place sur le site.

Planning de l'opération

 

 

 

 
>> Découvrez les objectifs grâce à la carte interactive et au temporama